UNE VILLE SÛRE ET ACCUEILLANTE

La ville du Mans adhérera à l’association nationale des villes et territoires accueillants s’engageant, à son échelle, à mener des actions concrètes afin d’améliorer l’accueil des migrants dans le respects des droits humains et des valeurs de solidarité. Nous créerons des dispositifs publics de premier accueil, à dimension humaine et en lien avec les acteurs associatifs. Nous encouragerons les citoyen·nes de la commune à être solidaires envers les personnes migrantes. (mesure 26 du Pacte pour la Transition)

Sécurité et Politique de Proximité

La sécurité des biens et des personnes est présentée comme une priorité dans le débat public. Chaque liste y va de la nécessité de développer la police municipale, de l’armer, de multiplier les caméras de surveillance. C’est à une escalade sécuritaire que ce livrent ainsi les candidat.e.s à la mairie. Ce n’est pas sérieux. L’escalade technologique n’apporte aucune protection lors d’une agression. 30, 50, 80 agents municipaux ? La présence policière sera toujours jugée insuffisante par les victimes quand une agression sera constatée. On nous vante maintenant les miracles de la reconnaissance faciale, ou de drones… seuls les industriels de la sécurité vont y trouver leur intérêt. Pour les citoyens, il faut plutôt y voir de nouvelles atteintes à leurs libertés individuelles. Ces propositions démagogiques sont un aveu d’impuissance de la part de ceux-celles qui prétendent diriger la ville.

Nous proposons de combattre l’insécurité, les délits et les incivilités par une politique de proximité en faisant vivre les assemblées que nous allons créer dans chaque petit quartier. Nous réunirons régulièrement tous les acteurs de terrain pour élaborer des stratégies globales ou ciblées. Cela était prévu lors de la constitution des 3 Zones de Sécurité Prioritaires au Mans. Mais aucun suivi régulier n’a été fait. C’est pourtant avec les hommes et les femmes au plus près du terrain que les choses se disent, que les îlots de délinquance s’identifient, que les mesures se construisent. Rien ne remplace la proximité et la présence humaine.

Selon une étude de 2018, l’usage d’images n’est efficace que dans 1 à 3 % des cas, et la vidéo ne fait que déplacer le problème à quelques dizaines de mètres. C’est ce que nous révèlent les études du secteur public de la recherche. Nous arrêterons le développement de la vidéo surveillance dans les lieux ouverts et redéploierons les moyens vers la présence humaine et la prévention. Nous refuserons l’armement de la police municipale et reviendrons sur les dotations en pistolets à impulsion électrique.

Avec l’appui de la recherche publique nous construirons un diagnostic précis des violences et des incivilités. Il s’agit de dépasser le simple constat pour en analyser les causes et orienter la formation et le redéploiement des agents de proximité et de la police municipale, dans chaque quartier. Rien ne doit être dissimuler de la réalité du terrain.

Nous nous appuierons sur les associations spécialisées en prévention des risques et lutte contre les addictions pour mettre en place un groupe de déambulation nocturne durant les soirées de week-end. Ces personnes seront formées au premier secours, à la médiation et à la lutte contre les addictions sur le modèle d’expérimentations déjà menées entre autres à Rennes, Grenoble ou Angers. Il s’agit de faire un vrai travail de prévention et donc de sécuriser la vie festive au Mans. 

Le travail commun entre les équipes de la recherche publique et les acteurs associatifs n’a jamais été entrepris au Mans. Il se mènera tout en étant veillant au renforcement des effectifs de la Police nationale.