Propositions de la Commission « Gratuités et économie locale » du 23 novembre 2019

La Gratuité des transports

Il faut bien entendre qu’on parle d’une gratuité totale à construire, en commençant par exemple par les publics scolaires, les étudiants, et les jeunes … ou sur des périodes test comme les week-end.

  • Toute démarche doit être citoyenne. Il s’agira bien d’associer associations et citoyens à ce parcours vers une gratuité des transports.

L’eau

Nous proposons de travailler dans 2 directions :

  • La maîtrise de la gestion de l’eau : abonnement, assainissement, entretien et distribution.  Le prix de l’abonnement est discriminatoire en ce sens qu’il pèse fortement sur les petits consommateurs. 
  • Une gratuité concernerait une quotité de m3 (les premiers m3) mais ne serait mis en place que dans le cadre d’un travail préalable. Il s’agit de parvenir à une maîtrise du coût de la facture, abonnement et tarification des premiers m3, notamment pour les foyers les plus modestes (petits consommateurs).

L’Economie Sociale et Solidaire-ESS

Des idées fortes peuvent émerger

  • Le Mans, ville de l’ESS. Création d’un pôle de soutien à l’emploi local. Lutter contre les friches commerciales, en aidant à l’installation les porteurs d’initiatives. 
  • Rendre visible le « marché » de l’Economie Sociale et Solidaire. Donner une vraie exposition aux acteurs. Créer un événement local type « rue de l’ESS » ou « village de l’ESS ». Favoriser la mutualisation entre acteurs locaux
  • Insister sur la notion d’emploi. Le Mans, une ville active, développant une éthique de la production et de la consommation.
  • Aider à la création de Tiers Lieux au Mans [Ressourcerie, Accorderie, Réparation (Repair Café ) et Réemploi, SEL (Système d’Echange Local)]

Une réflexion sera menée pour la création d’une monnaie citoyenne locale.

L’Economie circulaire

  • A travers l’exemple du cycle Alimentation/Agriculture. Favoriser la démocratie alimentaire.

L’accès à la culture

Cette question relève aussi d’autres groupes comme « mieux vivre ». vLMEC s’engage sur une différence d’approche entre une ville attractive (qui s’adresse dans une logique touristique à la création d’événements) et une ville active (qui soutient les acteurs de la culture et formule des propositions pour les habitants du territoire). 

Nous nous attachons à :

  • la place à donner aux acteurs culturels en les associant au projet municipal
  • la prise en compte d’une culture populaire, de l’éducation populaire, des actions culturelle s’adressant à tous les publics, et pas seulement un public « habitué ».
  • La question du multiculturalisme, des valeurs culturelles, des droits culturels.