Emploi, Culture, Sport, Égalité Femmes-Hommes, Université

Faire du Mans une ville attractive ! Voilà l’idée de M. Le Foll et autres candidats à diriger cette ville. Pourtant cette notion est une profonde erreur politique. Penser l’attractivité d’un territoire, c’est penser ce territoire à partir des souhaits des personnes qui n’y habitent pas.

Au contraire nous ferons du Mans une ville active pour ses habitants et avec la richesse de son tissu associatif, sportif et culturel.

Le Mans doit redevenir
>>> Une ville active pour l’emploi pour son économie locale et ses commerces.
>>> Une ville active, sportive, culturelle
>>> Une ville dynamique pour son Université
>>> Une ville pour toutes et tous.

ECONOMIE ET EMPLOI

Les aides municipales pour l’installation d’entreprises n’apportent aucune garantie pour la pérennité de l’emploi. Nous reprendrons des locaux commerciaux désertés pour installer des porteurs de projet, et les créateurs, et redonner vie aux rues. Un Pôle de l’Économie Sociale et Solidaire les accompagnera jusqu’à leur autonomie. Nous créerons une Coopérative d’Activité et d’Emploi Agricole. Nous suivrons la démarche des  Territoires Zéro Chômeur Longue Durée.

Elu.e.s nous favoriserons l’installation d’entreprises et de commerces respectant une charte environnementale, et une éthique pour leurs salarié.e.s.

La mémoire des mancelles et manceaux est encore vive. Le site Renault du Mans a largement été soutenu par les collectivités territoriales, ainsi Le Mans Métropole en 2012 accordait 450000 euros en échange de la création de 45 emplois, cette somme s’ajoutait alors à 450000 autres euros apportés par le conseil départemental de la Sarthe et à 900000 euros par la région Pays de la Loire. N’oublions pas non plus l’aide nationale du CICE de François Hollande qui a été distribuée sans contrepartie et dont Renault a largement bénéficié. Mais les contrats de travail attendus ne sont jamais arrivés.

Nous favoriserons l’installation de nombreuses sociétés, souvent de plus petite dimension, qui trouveront au Mans pour leurs cadres et leurs employés, une qualité de vie générée par une politique globale associant bien-vivre, accès aux sports, aux loisirs et à la culture, et respect total de l’environnement.

Économie sociale et solidaire, commerce et artisanat

Nous prendrons en charge des espaces commerciaux pour y installer des porteurs de projets et des créateurs. Nous créerons un pôle ressource de l’économie locale, sociale et solidaire.

Le constat d’une ville désertifiée n’est que le résultat des politiques des municipalités précédentes, laissant se développer de nouveaux centre-commerciaux, au-delà des besoins, au détriment du commerce local. Nous proposons une vision d’ensemble de la question, et d’abord, à l’instar du boulevard nature qui permet de se promener hors du Mans, nous réaliserons un « boulevard » de l’Economie Sociale et Solidaire, à destination du commerce, de l’artisanat et des nouveaux porteurs de projet. De l’avenue de la libération, à l’avenue Jean Jaurès, en passant par la rue Gambetta, l’avenue du Général Leclerc et la rue Nationale, c’est à un ensemble de rue et de magasins auxquels il faut redonner vie. Nous y parviendrons dans une logique de concertation et d’aide à l’installation. Nous discuterons avec les propriétaires sur le coût des loyers et des baux commerciaux.

On peut se demander pourquoi M. Le Maire vole au secours d’un des plus gros commerçant du Mans, en louant les 1800m² des Halles sur une période de 23 mois pour un coût non indiqué dans la presse locale. Projet immobilier ? Projet financier ? Nous proposons à l’inverse d’identifier l’ensemble des commerces en déshérence et de lancer un appel à l’installation de porteurs de projets innovateurs, de créateurs pour occuper ces lieux et redonner vie au centre-ville.

L’Économie Sociale et Solidaire est porteur d’un projet commercial, de service ou industriel, basé sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. La ville se portera locataire de surfaces commerciales, pour y permettre l’installation de nouvelles activités. Un accompagnement par une structure dédiée type «Pôle de l’économie locale, sociale et solidaire » permettra d’aider à la bonne réalisation de ces projets et d’apporter un suivi de leur avancée jusqu’à leur indépendance financière. avec les acteurs du mouvement sportif L’Économie Sociale et Solidaire est porteur d’un projet commercial, de service ou industriel, basé sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. La ville se portera locataire de surfaces commerciales, pour y permettre l’installation de nouvelles activités. Un accompagnement par une structure dédiée type «Pôle de l’économie locale, sociale et solidaire » permettra d’aider à la bonne réalisation de ces projets et d’apporter un suivi de leur avancée jusqu’à leur indépendance financière.

Le Mans, haut-lieu de l’ESS, une ambition demain possible. Les commerçants actuels seront invités à accompagner ces installations, et une vraie dynamique pourra s’établir dans nos rues du Boulevard de l’ESS, par des fêtes et des événements tout au long de l’année.

UNE VERITABLE POLITIQUE CULTURELLE

Nous faisons le constat d’une absence de politique culturelle au Mans. Depuis trop longtemps en effet, la Culture a été confondue avec l’événementiel et la communication. Le maire imposait jadis ses propres goûts, faisant la pluie et le beau temps sur la programmation municipale, le maire actuel a lancé plusieurs grands événements dans la précipitation et sans véritablement associer les acteurs locaux. Tout cela… avant les élections. Ces événements ont été pensés comme des outils de communication municipale, plutôt que comme de véritables temps forts d’une politique culturelle.

A l’inverse Vers Le Mans en commun souhaite promouvoir une vraie politique culturelle qui associe les acteurs et actrices de la culture. La Culture n’est pas pour nous un moyen supplémentaire d’embourgeoiser la ville en la rendant « attractive ». Au contraire, la Culture est pour nous un liant social puissant qui doit irriguer la ville dans tous ces quartiers, elle est un vecteur de lien, de résilience, d’émancipation et de réenchantement du monde pour toutes et tous. Elle est aussi un salutaire vecteur d’impertinence et c’est la raison pour laquelle il est indispensable que les politiques cessent de vouloir la contrôler.

Notre politique culturelle cherchera à trouver un juste point d’équilibre entre soutien à la création qui permet aux artistes de chercher, d’expérimenter, d’innover, de travailleur leurs matières et actions de transmissions qui permettent au plus grand nombre d’entrer en contact avec cette culture et de se l’approprier. Les deux sont indispensables et ne sauraient exister l’un sans l’autre.

La Place des Acteurs Culturels

Dans cette optique le rôle du service culture ne sera pas celui de programmateur. Avec les associations et les acteurs de la culture nous créerons une conférence permanente des politiques culturelles, des assemblées thématiques et des tables rondes. Les structures de l’éducation populaire auront une place dans ces espaces, retissant le lien entre diffusion et création.

Notre objectif est d’avoir un rôle d’animation et de mise en réseau afin de permettre aux différents acteurs et actrices de la culture au Mans et en Sarthe de mieux s’associer et de travailler ensembles. Cette animation de réseau se fera en lien avec la Scène Nationale Les Quinconces-L’Espal, la SMAC Superforma, qui devront avoir un nécessaire rôle de dynamisation et de soutien au terrain artistique local en plus de leur travail de programmation dans lequel nous n’avons aucune vocation à intervenir.

Afin de sortir les équipes artistiques de la précarité et de l’insécurité nous mettrons en place un système de conventionnement dans la durée.

Le Livre et la Lecture

Nous développerons une mission sur le livre avec les libraires, maisons d’éditions, associations du secteur du livre et de la lecture et personnels des bibliothèques. Elle portera un avis sur toutes les orientations de sa compétence : le recensement des auteur.es, illustrateurs.trices et éditeurs.trices du territoire, l’élaboration d’une bourse d’auteur.es, et l’organisation de la 25eme heure du livre.

Ouverture des Équipements Culturels

Nous sommes favorables à l’ouverture d’équipements culturels le dimanche, médiathèques, musées, salles d’exposition, ateliers…  Cela s’inscrit dans une démarche de médiation culturelle permettant l’accès d’un plus large public aux livres, à la lecture et à l’art en général. Outre les prêts de documents, des activités de découverte ou des ateliers thématiques seront proposés.  Cette ouverture se fera en concertation avec les agents municipaux et leurs représentants, sur la base du volontariat. Un protocole sera signé en ce sens, prévoyant les temps de récupération et les indemnité salariales.

Nous avons au Mans de très beaux Musées qui hélas sont trop peu fréquentés, voir méconnus des Mancelles et des Manceaux. Nous souhaitons mener une étude pour réaménager ces espaces en les rendant plus accueillants et plus ouverts vers l’extérieur. L’installation d’un café au Musée de Tessé sera notamment envisagé.

Des Budgets Transparents

Les acteurs et actrices auront une vue claire de nos budgets et de nos subventions, nous pratiquerons en matière culturelle comme pour le reste de notre politique municipale l’open data. A savoir la mise à disposition transparente et totale des données publiques. Plus qu’un simple rôle de distributeur de subvention, le service culture formera ses personnels ou embauchera pour devenir un véritable soutien de conseils aux compagnies en matière d’actions vers les publics, d’infusion artistique, de diffusion et de production, afin que les artistes puissent avoir un appui solide qui les aide à développer leurs projets.

Une Immersion Culturelle dans les Quartiers

Afin que la culture puisse véritablement irriguer notre ville et sa population nous lancerons des appels à projets afin d’avoir en permanence au moins un.e artiste ou une compagnie en résidence par quartier et ce dans tous les quartiers. Ces résidences d’une durée de 6 mois devront associer les habitant.e.s, les écoles, les centres sociaux et les équipes artistiques du quartier choisi pour les amener ensemble à ré-enchanter et à s’approprier la ville. Les disciplines artistiques dans toutes leur diversité seront concernées.

Irriguer la ville par la Culture, l’infuser par l’Art, cela passe par un indispensable soutien renforcé aux Lieux Intermédiaires et Indépendants, compagnies, théâtres de quartiers, salles de danse et autres lieux d’arts. Autant de structures qui font un véritable travail vers les publics, mais hélas trop peu soutenues.

Nous soutiendrons les projets de friches artistiques dans des lieux abandonnés ou en transition. Il en sera de même pour les cafés-concert. Nous défendrons les marges et l’underground en laissant ces réseaux exister sans leur mettre de bâtons dans les roues, voir en les aidant si ces milieux en font la demande.

La Cite des Musiques et des Danses et le Conservatoire

Nous mettrons notre ville à niveau en terme d’équipements d’apprentissage de la musique et de la danse, nous créerons une Cité des Musiques et des Danses en aménageant un bâtiment en friche ou reconstruisant sur un terrain déjà artificialisé. Ce bâtiment permettra au Conservatoire à Rayonnement Départemental d’avoir enfin des locaux décents pour enseigner et transmettre des pratiques. D’autres associations pourront investir ces locaux afin de diversifier les enseignements qui y seront dispensés. Des concerts pourront avoir lieu dans cette salle qui sera mise à disposition des associations locales. Enfin cette Cité des Musiques et des Danses permettra enfin au Mans de rattraper son retard en matière d’équipements pour la pratique de la Danse.

Parallèlement nous remettrons à plat la politique tarifaire du Conservatoire afin d’en renforcer la dimension sociale et de permettre une accessibilité optimale de toutes et tous, même les plus modestes à ces enseignements.

Fêtes et Événements Culturels

Dans beaucoup de villes, chapiteaux et fêtes foraines sont rejetés en périphérie. Nous affirmons que ces fêtes populaires  doivent retrouver leur place en centre ville au Quinconces, en repensant l’emplacement de stands dont une partie pourrait s’installer sur la place. Nous élaborerons avec les professionnels du secteur, les riverains et les acteurs locaux comme la Cité du Cirque, une charte de bonnes pratiques (installation, respect de l’environnement, sécurité et nuisances). Le spectacle itinérant et les fêtes doivent aussi trouver place dans les quartiers pour participer à leur animation. Toutefois, nous nous engageons à interdire sur le territoire du Mans tout spectacle mettant en scène des animaux sauvages. 

Nous mènerons une consultation des Assemblées de Quartiers et associations afin que la fête de la Musique redevienne la vrai fête populaire et débordante qu’elle était jadis et non plus la succession de scènes officielles et autorisées qu’elle est devenue. La Culture gagne à ne pas être tout le temps cadrée. Le débordement est source de beauté.

Culture Scientifique et Université

Notre proposition de Maison des Sciences et de la Recherche développée dans la partie Université de nos mesures sera un formidable outil de culture scientifique. Notre politique Culturelle ne saurait en effet oublier la Culture scientifique et techniqueet les temps forts qui structurent le calendrier ( Fête de la science, Effervescience, animation scientifique ). Nous soutiendrons les acteurs associatifs et les sections d’enseignement scientifique.

La Diffusion Artistique

Afin de permettre une meilleure visibilité de toutes et tous sur la riche diversité culturelle locale nous mettrons en place chaque mois un journal municipal qui informera le public sur les événements artistiques, quelque soit la discipline et le lieu concernés. Nous associerons les acteurs et notamment les équipes du Bidul qui ont initié cette démarche.

Le monde politique n’a pas à définir « Le Beau »., nous laisserons la place à toutes les cultures, populaires ou académiques, classiques, contemporaines, urbaines, amplifiées ou non, plastiques, photographiques, chorégraphiques ou théâtrales, littéraires ou orales etc. etc. Qu’elles soient en extérieure ou en intérieure, de France ou d’ailleurs : toutes les Cultures auront leur place au Mans.

SPORT POUR TOUTES ET TOUS AVEC LES ACTEURS DU MOUVEMENT SPORTIF

Une piscine pour les uns, une salle d’athlétisme pour d’autres, 2 gymnases… Pourquoi pas ?Mais qui le décide ? Qu’en disent les acteurs du mouvement sportif manceau et sarthois. Comment sont attribuées les subventions ? Comment sont soutenues les pratiques sportives en amateurs ? Quelle place est faite au sport au féminin, au sport adapté dans les clubs ? Quelles infrastructures sont nécessaires pour répondre à la demande des clubs, ou tout simplement des amateurs, sur des temps de loisir ?

Nous refusons d’entrer dans une démarche de catalogue. Les besoins devraient déjà être connus et identifiés en accord avec les acteurs du sport. Ce ne sont pas de promesses électorale dont ont besoin les sportifs et sportives; mais de concertation pour ensemble décider.

Un Office Municipal des Sports

Nous proposons de déterminer les priorités en matière d’équipement sportif d’abord avec les clubs et les fédérations sportives. Sortir d’une logique clientéliste et favoriser l’accès au sport pour toutes et tous par l’ouverture au grand public des équipements sportifs sur des temps de loisir
Pour cela nous créerons un OFFICE DES SPORTS, indépendant, et réunissant tous les acteurs du mouvement sportif local. Il en existe 1200 en France. L’Office des Sports est présidé par une personnalité issue du Mouvement sportif, et est dirigé par un conseil d’administration indépendant. Il aura en charge l’étude des besoins en équipement et l’attribution des subventions dans une totale transparence. Il aura un regard particulier sur l’accès aux équipements sportifs en termes d’égalité femmes/hommes ainsi que pour les personnes en situation de handicap.

Un Office des Sports c’est quoi ? Localement c’est une association Loi 1901 présidée et administrée par les acteurs du mouvement sportif.. Une fédération regroupe les offices locaux. https://www.fnoms.org/

Sport de Loisir pour les Familles

La pratique du sport en amateur est essentielle à la vie en société. On y apprend les gestes de base pour une vie en bonne santé, et on y construit les règles de la vie en société. Nous développerons les pratiques sportives en famille par l’ouverture au grand public d’équipements sportifs sur des temps de loisirs. Le sport se vit aussi au quotidien, en pleine nature ou dans la rue. Nous aménagerons des lieux dédiés à la pratique sportive en extérieur, en toute sécurité, notamment en pensant dès la conception et l’implantation à leur utilisation par des jeunes filles et des femmes.

Nous favoriserons le développement de club omnisports, à l’image de la FSGT (Fédération Sportive et Gymnique du Travail) qui considère «  la pratique physique et sportive comme essentielle dans la construction de la personne, tout au long de sa vie et sur tous les plans : physique, mental, social. » Les valeurs de solidarité et de fraternité y sont fortes.

Sport Amateur

Le sport amateur doit être mieux considéré. Nous garantirons l’accès aux salles et aux terrains de sport, en fonction des besoins recensés. Les créneaux horaires des équipements sportifs devront être adaptés en conséquence. Des équipements complémentaires devront être construits si nécessaire.

Les écoles municipales de sport permettent l’initiation à une pratique à tarif modéré. Leur implantation devra être revue pour s’adresser à tous les enfants, dans différents quartiers de la ville. Nous nous appuierons sur la pratique des clubs sportifs pour diversifier les propositions.

Aménagement de Sites dans l’Espace Public

Pour des pratiques de loisirs au quotidien, l’aménagement de sites remarquables est un atout indéniable. Nous proposons de développer plusieurs sites de « bord de l’eau » avec l’aménagement d’installations dédiées aux activités physiques d’extérieur type parcours santé, parcours sensoriel, parcours pour les personnes en perte de mobilité… Les sites seront reliés par un cheminement sécurisé à partir du Quai Louis Blanc, lieu de promenade et de détente à aménager durablement pour mettre plus en valeur notre cité médiévale tout au long de l’année. L’île aux planches, le parc du Gué de Mauny, les Bords de l’Huisne (Le Mans Plage), lîle aux sports, et enfin la maison de l’eau en seront les étapes.  Nous développerons sur ce parcours des animations sportives de loisir (maison du vélo avec initiation pour les jeunes et les moins jeunes, base pour des parcours canoë ou pour les activités de pleine nature, pratiques sportives familiales de loisir…)

POUR L’ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L’ESPACE PUBLIC.

L’égalité réelle entre les femmes et les hommes doit enfin se concrétiser dans les politiques publiques, économiques et sociales de l’État et des collectivités locales. Les municipalités sont partie prenantes de cette responsabilité. Nous intégrerons la question femmes/hommes dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation de tous projets. Nous nous engageons à lutter contre les effets discriminatoires par la mise en place d’un service municipal dédié aux femmes et à l’égalité avec un budget à la hauteur des enjeux.

Un Centre de Ressource pour le Droit des Femmes

Cela se traduira notamment par la création d’une Maison des Femmes, lieu de ressources pour l’émancipation, avec des professionnel.le.s sociaux, juridiques et médicaux, en soutien aux associations, et l’ouverture de lieux d’accueil, 24H/24 et 7J/7, pour les femmes en situation d’urgence (violences conjugales, prostitution, personnes à la rue…).

Les études portant sur la mobilité montrent des circulations différentes des femmes, empêchées par des « murs invisibles ». Pour des raisons de sécurité quand elles sont seules mais aussi parce que ce sont-elles, majoritairement, qui accompagnent les enfants, les personnes en situation de handicap, les personnes âgées. Il y a des itinéraires compliqués quand on a une poussette ou des affaires à récupérer… Il y a aussi des endroits de bousculade où les femmes, quand elles sont enceintes ou avec des jeunes enfants, hésitent à aller (transports en commun). Et puis il y a aussi ces femmes plus âgées : leur condition d’accès à la ville devient difficile.

Si on veut une ville agréable, attractive pour toutes et tous il faut gérer entre autres, le problème de harcèlement de rue et le sentiment d’insécurité (dans la rue et dans les transports). Dans les études réalisées sur le sport et les loisirs des jeunes, 75% des budgets publics sont consacrés aux garçons et aux hommes. On ne cesse de construire des stades, des city-stade, des skatepark et on ferme les colonies de vacances. La ville du Mans n’échappe pas à ces problématiques. Évidemment !

Des Actes Concrets pour l’espace Publique

Nous aménagerons l’espace public en pensant la place des jeunes filles et des femmes. En voici des exemples significatifs du besoin en la matière. Cela nécessite une véritable prise de conscience.

VIVRE EN VILLE : LE MOBILIER URBAIN

  • Ajouter des lieux pour s’asseoir (bancs avec dossiers, sièges uniques, abris de bus ou de tramway…) Prêter une attention particulière à leur emplacement.
  • Établir des zones de convivialité avec le mobilier urbain, espace détente, kiosque à jeux, espaces végétalisés dans les différents quartiers et en centre ville.
  • Multiplier des lieux de rencontres (jardins partagés, espaces culturels…)
  • Prévoir des toilettes publiques bien signalées dans différents endroits de la ville et des aménagements spécifiques (ex : table à langer à disposition aussi bien des hommes que des femmes…)
  • Veiller à ce que l’éclairage public permette de voir et d’être vu, sans zone d’ombre.
  • S’opposer aux affichages sexistes et favoriser la communication publique non stéréotypée.
  • Organiser des marches exploratoires avec des groupes de femmes qui vont pouvoir poser un diagnostic et faire des propositions sur l’espace public local.

SE DEPLACER EN VILLE : TRANSPORTS EN COMMUN ET VOIRIE

  • La gratuité des transports c’est plus de convivialité et moins d’incivilité. Le personnel qui était chargé du contrôle des billets pourrait être employé pour faire de la prévention auprès des usagers pour lutter contre les incivilités et les violences sexistes…
  • Veiller à la largeur des trottoirs et leur entretien, à l’emplacement des passages piétons, à l’accès aux transports, aux éclairages…
  • Arrêts des bus à la demande en soirée.
  • Augmenter les pistes cyclables et les améliorer, prévoir suffisamment de parkings pour les vélos.
  • Proposer à la location des vélos équipés de sièges enfants ou de remorques.

ACCEDER AUX LOISIRS ET A LA CULTURE

  • Privilégier et encourager les activités mixtes dans l’attribution des budgets.
  • Aller à la rencontre des jeunes dans les quartiers (filles et garçons) afin de connaître leurs besoins, leurs souhaits et les impliquer dans les choix faits.
  • Proposer dans le service jeunesse, dans les centres sociaux et les MJC des activités en nombre pour les filles et adolescentes dans tous les quartiers de la ville, des lieux de répétitions (danse, musique , théâtre…) et des espaces de rencontre.
  • Prévenir le sexisme dans les clubs… et mener des actions pour encourager les pratiques sportives et culturelles des filles, adolescentes et femmes.
  • Veiller à la parité au niveau des encadrements dans les milieux sportifs et culturels.

LE MANS, PÔLE DE RECHERCHE UNIVERSITAIRE

L’Université n’est pas considérée au niveau où elle devrait être. Peu d’équipes de recherche sont associées à l’image de la ville et à son développement, alors que dans de nombreux domaines ses équipes portent des projets fondamentaux. A titre d’exemple, les compétences acquises au sein du labo de géographie sociale ESO Le Mans (UMR 6590-CNRS) pourraient être utiles dans les domaines de l’environnement ou des aménagements commerciaux. La coopération avec la recherche universitaire est la condition même de notre développement, par l’apport des savoirs qu’elle peut produire, pour les mettre au service du projet de territoire.

Une Maison de la Recherche et des Sciences en Centre-Ville

Nous proposons l’installation en cœur de ville d’une ruche dédiée à la recherche universitaire. Cet espace aura pour objet de donner une visibilité à l’université, et aux recherches qui y sont menées. Elle permettra de construire ce chaînon manquant, par l’organisation de conférences, d’expositions, de rencontres acteurs-chercheurs. Véritable point de rencontre de la jeunesse étudiante, elle contribuera à l’animation du cœur de ville. Cette « Maison de la Recherche et des Sciences » permettra aussi de valoriser la richesse de l’enseignement supérieur, notamment par des rencontres entre élèves du primaire ou du secondaire et étudiants. Elle sera également un point relai entre les étudiants et les services publics de la Ville.

Nous avons la triste perception d’une ville en panne d’intelligence collective alors que l’Université regorge de ressources. A toute question, les municipalités successives répondent par une sorte de tâtonnement. Une ville comme Paris a recruté 56 chercheurs doctorants. En lien avec les services de la ville ces jeunes doctorants porteront un point de vue unique sur les activités d’une grande collectivité territoriale. En retour, leurs travaux de recherche doteront la Ville d’une force de réflexion et d’analyse sur le développement de ses politiques publiques.

Soutien à la Recherche

Nous proposons de soutenir 5 projets de recherche universitaire dans le domaine de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour construire les analyses et prendre les décisions sortant notre ville de son empirisme. Il s’agira de préfigurer, construire et accompagner un programme économique local en rupture avec les modèles dominants. Les postes de ces doctorants sont financés à hauteur de 14.000 euros chacun dans le cadre du dispositif CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche). Leurs missions seront définies en partenariat avec les laboratoires de l’Université, sur une période de 3 ans. Nous aurons ainsi les bases d’une politique ambitieuse en capacité de penser l’économie de demain à partir du territoire manceau. Ce travail de recherche enrichira notre ville par les liens qui seront créés avec d’autres équipes. Ces postes de recherche porteront sur 5 axes essentiels de notre programme pour Le Mans :

>>> Economie Sociale et Solidaire et développement économique local.
>>> Economie Sociale et Solidaire, participation des habitants et démocratie locale.
>>> Economie Sociale et Solidaire et Politique de la vile et des quartiers.
>>> Economie Sociale et Solidaire et transition écologique.
>>> Economie Sociale et Solidaire et égalité Femmes-Hommes

Ces 5 chercheurs-doctorants auront leurs bureaux dans cette Maison de la Recherche et des Sciences, en plein centre du Mans. Ils travailleront avec les équipes de recherche de l’Université, et seront en lien avec les spécialistes de leur domaine. Ils seront accompagnés par les services de la ville avec qui ils produiront analyses et propositions.
Par leurs études, ils mèneront cette recherche-action qui manque fondamentalement au Mans pour

Changer la Ville, Changer nos Vies.