Transports gratuits; Isolation des logements; Pacte pour la Transition…

Il n’est plus possible de tergiverser avec l’environnement. Les rapports du GIEC sur le réchauffement climatique ou ceux du WWF sur la chute de la biodiversité sont sans appel. Pour maintenir les conditions de la vie sur Terre, nous devons viser la division par 3 des émissions de gaz à effet de serre sur 10 ans et nous appuyer sur la nature pour produire et consommer. Rien de tel que d’agir en proximité, en tant qu’élu.e.s locaux, capables de coproduire un monde vivable pour demain avec des citoyens éclairés.

Nous nous inspirerons du plan climat sarthois proposé par un groupe de citoyens au sein d’Alternatiba et des 32 mesures du Pacte pour la Transition rédigé par 60 ONG et un comité d’experts. Nous mettrons en œuvre progressivement ces mesures et les réfléchirons ensemble.
Cette demande est fortement exprimée par la jeunesse, nos enfants, de vivre demain sur une planète habitable. La France est très loin de respecter ses engagements.

Transports en Communs et Mobilité

La proposition de transports en commun gratuits a pour objet de faciliter le passage de l’automobile aux déplacements doux, non émetteurs de gaz à effet de serre.

Nous mettrons en place un plan mobilité pour les transports doux (vélo, marche, transports en commun) avec les usagers et leurs associations, mais aussi les automobilistes, dans un objectif non négociable de division par trois des émissions de gaz à effet de serre sur dix ans. La place de la voiture devra forcément être réduite. Nous construirons trois nouvelles lignes TEMPO et 3 Boulevards Vélo sur 10 ans, joignant les 6 points d’entrée de la ville. Nous sécuriserons les déplacements piétons, vélos et transport en commun, conscients que ce sera plus compliqué du fait de pistes cyclables trop étroites sur les grands axes, déjà réalisées par nos prédécesseurs. Nous proposerons des stationnement vélos, des abris-vélo couverts, aux endroits stratégiques de la ville. Nous formerons les usagers à pour adopter ensemble de nouveaux modes de déplacements, plus sécures et pacifiés.

Nous créerons un service municipal et coopératif des transports (associations, spécialistes des déplacements doux, élus, usagers) en appui à la SETRAM, déterminé à rendre la ville aux déplacements doux (pied, vélo, bus, tram, train, fret), à améliore la desserte des quartiers isolés, à faire des scénarios budgétaires (gratuité, connexion aux transports conventionnels, couverture et cadencement)
Nous créerons une maison municipale et coopérative du vélo avec les usagers et Cyclamaine (formation, conseil à l’entretien, réparation des cycles, densification des pistes cyclables sécurisées, parkings à vélo couverts).

Logements et Habitat, Plan pour L’isolation

Nous engagerons un plan important pour l’isolation des habitats sociaux et soutiendrons l’isolation des autres habitats. Le rythme engagé actuellement est insuffisant pour avoir un réel effet. Ce sera aussi une aide pour les ménages les plus modestes. Nous favoriserons les projets de constructions immobilières en « bois – terre – paille », en suscitant la création de nouveaux emplois artisans et de formateurs à l’auto-construction. Nous soutiendrons l’habitat coopératif engagé dans la vie de la cité.

Tout plan immobilier sera obligatoirement accompagné d’engagement contraignant des promoteurs. Nous encouragerons les constructions et les réhabilitations se libérant du recours au tout béton, pour privilégier les techniques type Bois-Terre-Paille et autres matériaux bio-sourcés. La ville du Mans dispose des compétences locales en architecture permettant de systématiser ces procédures préservant et valorisant nos ressources. Alors que 3000 logements sont vacants, essentiellement dans le parc privé, nous privilégierons la réhabilitation et la reconstruction, suivant en cela les recommandations les plus récentes en matière de protection des ressources de la planète et de son réchauffement.

Végétalisation de la Ville

La qualité de vie au Mans tient de l’existence de ses espaces verts. Elu.e.s nous travaillerons à développer cette qualité écologique en redonnant à la ville de nouveaux espaces végétalisés, absorbant le CO² et redistribuant la fraîcheur en été.

Nous stopperons les implantations commerciales, notamment BENER, et ne permettrons pas l’installation d’un IKEA, en réalité destructeur net d’emplois… et de la forêt dont nous avons aussi besoin ailleurs sur la planète. Dans une ville déjà surchargée de grandes surfaces à sa périphérie, ce projet est écocide et inutile.

Nous demanderons la révision du PLU, adopté sans opposition par l’actuelle municipalité, tous partis confondus. Nous y introduirons la protection des coteaux de Bener dans le périmètre de protection de l’Huisne, le retrait du prochain SCoT du Pays du Mans de la ZAC de Béner, les recommandations du Schéma d’Aménagement de la Gestion de l’Eau (SAGE) qui vise à la sécurisation de l’alimentation en eau potable de l’agglomération mancelle.

Nous arrêterons les politiques de minéralisation de la ville. Nous créerons des zones de convivialité (mobilier urbain adapté, espaces détente, kiosques à jeux) et soutiendrons les initiatives d’autonomie alimentaire des habitants (jardins partagés, vergers…) et encouragerons leur création, conçus également comme des espaces de rencontre, de vie, de culture et d’échanges. Nous préserverons les poumons verts urbains en voie de bétonisation. Nous créerons un mur végétal éducatif. Nous végétaliserons les toits de bâtiments publics pour absorber le CO2 et en finir avec les îlots de chaleur. Nous protégerons les arbres de plus de 30 ans et classerons les petits parcs en « Espace Boisé Classé ». *

Nous proposons de développer plusieurs site de “bord de l’eau” (voir chapitre Sport pour toutes et tous)

Alimentation Paysanne et Biologique Accessible à Tous et Toutes

Nous préserverons les terres agricoles indispensables pour garantir notre sécurité alimentaire.

Nous initierons un projet de création d’emplois agricoles de proximité en nous appuyant sur les propositions d’Alterre-Béner. Ce sera le premier des projets que soutiendra la ville.

Nous soutiendrons d’autres circuits courts et filières territoriales garantissant l’amélioration de la qualité des repas en restaurants scolaires et bien au-delà, leur accessibilité à tous les manceaux, en particulier dans les quartiers populaires. Le choix d’une alimentation doit être soutenu et être le fruit d’une concertation entre les habitants, pouvoirs publics et organismes de développement. Cela suppose l’installation de nouveaux agriculteurs (voir le Convertisseur alimentaire Terre de Liens) en particulier dans les phases de transmission des fermes en cours. Nous tisserons des liens de coopération économique équitables entre urbains et ruraux.

Nous engagerons une politique pour l’accès digne à une alimentation saine, paysanne et biologique (centres sociaux, paniers solidaires, vergers en ville, jardins d’insertion, épiceries solidaires, Amap, marchés paysans, supermarchés coopératifs…)

Nous formerons les élu.es, services techniques, agriculteurs, artisans et habitants aux enjeux et pratiques de l’agro-écologie et de l’alimentation relocalisée (visites d’expériences, actions collectives)

Au niveau de la métropole :

Nous créerons de l’emploi par les circuits courts et notamment la restauration collective
* en introduisant une alimentation de saison, bio avec protéines végétales
* par des partenariats entre agriculteurs, artisans, éducateurs et citoyens
* en réduisant la taille des cuisines collectives (écoles, personnes âgées) pour des repas de qualité

Nous soutiendrons les investissements collectifs d’agriculteurs adaptés à l’alimentation locale (stockage, transformation, logistique, diversification, commercialisation, compostage, foncier accessible, test agricole, installation, transmission et reconfiguration des fermes, aide à la suppression des pesticides, bocage et bois bocager…)

Nous viserons l’autonomie alimentaire en 10 ans, en solidarité avec les territoires ruraux alentours

Favoriser des Logements Économes et Autonomes

Nous réduirons la consommation énergétique des logements sociaux et bâtiments publics (éco-isolation, puits canadiens, fours solaires, réfrigération naturelle, végétalisation des bâtiments et de la ville, réseaux de chaleur, valorisation des matériaux compatibles avec une production locale comme le chanvre, la paille et le bois de haies, photovoltaïque collectif, tarif social de l’énergie…)

Nous accompagnerons les ménages à conjuguer économies et écologie : compostage, tri et zéro déchets, végétalisation d’espaces communs de production, ateliers de transformation alimentaire, fabrication de produits écologiques, phyto-épuration, économie d’eau potable et gratuité des premiers mètres cube, toilettes sèches

Nous créerons un service municipal et coopératif (associations, coopératives) de l’amélioration de l’habitat pour accompagner la rénovation thermique du parc privé coopératif et locatif, la création d’habitats coopératifs, avec les collectifs d’artisans et d’agriculteurs volontaires

Habitat Participatif

« Vers Le Mans en Commun » s’engage à soutenir activement des projets d’habitat participatif qui intègreront les biens communs (habitat social, activités, services et/ou commerces, accueil de public extérieur, de porteurs d’initiatives d’Economie Solidaire, construction en matériau cru, maisons passives, éco-isolation, diminution de l’emprise au sol par habitant, circuits courts dans le bâtiment…).  

Les élus pilotant la ville impliqueront les acteurs publics concernés, réserveront des terrains, faciliteront l’accès au foncier des collectifs citoyens, soutiendront la création d’un organisme foncier solidaire, des prêts à taux zéro, des études de faisabilité, inscriront l’habitat participatif dans les OAP* et le PLH, formeront élus et techniciens à cette nouvelle modalité d’habiter.

Éco-construction

Nous agirons par et pour le « Bois Terre Paille ». Nous embaucherons un ingénieur éco-bâtisseur (compétences terrain, formation et capacité à animer-mobiliser, suivi de chantier et contrôles suffisants, en particulier sur les conditions de travail des ouvriers) en responsabilité à l’agglomération (ou la commune). Un forum de l’éco-construction permettra la rencontre entre tous les acteurs. Nous mènerons une réflexion avec les artisans du bâtiment pour qualifier leur transition écologique et l’accompagner. Nous mettrons en place un lieu de stockage de terre de construction (gratuité pour les habitants constructeurs) sur l’agglomération issue des excavations de chantiers. Nous monterons une formation diplômante avec le CFA de la Sarthe, les CIVAM AD72…

Sécurité Énergétique

consommation divisée par 2 sur le mandat, conformément au scénario Négawatt

Nous diviserons par 2 la consommation nocturne liée à l’éclairage public, aux magasins et aux bureaux. Nous créerons une commission citoyenne (citoyens, entreprises, élus) pour le pilotage sécurisé des extinctions (hors temps d’activité, détection de présence…) et le développement des énergies renouvelables (tarif social de l’énergie) sous la responsabilité d’un élu municipal.