Transports gratuits; Premiers m3 d’eau gratuits; Logement: Santé; Handicap …

POUR PLUS DE JUSTICE SOCIALE

20 % des mancelles et les manceaux vivent en dessous du seuil de pauvreté. Des travailleurs, hommes et femmes, des enfants, des adolescents, le plus souvent habitant des logements sociaux… Le mouvement des Gilets Jaunes a fait émerger cette réalité. Mais c’est à travers notre expérience dans les associations de quartier, dans les épiceries sociales, dans les associations caritatives et humanitaires, auprès des familles dans les écoles, que nous la percevons quotidiennement. La municipalité du XXIème siècle doit penser prioritairement à ces personnes qui bien souvent ne votent pas.

Gratuité des transports en commun

Nous réaliserons la gratuité des transports en commun, d’abord pour les jeunes de moins de 25 ans, puis progressivement une gratuité totale sur 4 ans. C’est un choix fondamental pour permettre le déplacement des habitants des quartiers populaires et des jeunes vers le centre-ville, mais aussi vers les quartiers éloignés. Cette mesure bénéficiera au petit commerce et à la redynamisation du Centre. Cela se fera en quelques années pour anticiper sur la fréquentation qui sera en augmentation (+70 % à Dunkerque) et aussi prévoir des rames plus longues et des passages plus fréquents à certains horaires, et des lignes transversales dans les quartiers, desservis par des navettes.

L’eau comme bien commun

L’accès à l’eau est un droit inaliénable. Ce qu’on appelle un COMMUN. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, chaque être humain devrait disposer d’un minimum d’eau sur une année pour boire, se laver, et cuisiner. Nous proposerons une réforme de la tarification en abaissant la part fixe de l’abonnement et en rendant gratuits les premiers m³ d’eau pour chaque foyer. La tarification deviendra progressivement plus élevée pour les m³ suivants. Les plus gros consommateurs seront donc aussi les plus gros payeurs, mais seront aussi incités à réduire leur consommation pour préserver ce bien vital.

Le droit au logement

Le droit au logement, comme le droit à la mobilité, à la santé, à l’éducation fait partie des droits fondamentaux de la personne. Cela justifie et nécessite un engagement fort des élus. Nous nous opposerons à toute expulsion sans proposition de relogement. Nous élargirons les possibilités de logement en résidence sociale par la création d’une deuxième résidence sociale (Nelson Mandela, déjà structure importante ne peut répondre à la demande). Nous mettrons en placeun système de cautionnement solidaire (pour les jeunes de – de 25 ans par exemple).

Politique sociale et solidarité

Nous transformerons l’Espace de Vie Social des Quartiers Bellevue-Banjan en un véritable Centre social de plein exercice, comme nous le demandions déjà en 2014. Les quartiers Nord ont été délaissés trop longtemps, tant pour l’aide social que pour les loisirs et la culture.

Nous travaillerons avec les Centre Sociaux à la création d’un service mobile des services et des droits, équipé d’un espace numérique pour aider aux démarches sur internet. Ce « bus social », comme il existe à Mayenne ira à le rencontre des habitants à l’intérieur même des quartiers. Trop de personnes ignorent leurs droits et ne savent pas ou s’adresser, ou n’osent pas demander.

Comme nous soutiendrons les associations agissant actuellement dans le champ de l’urgence sociale et de la solidarité, nous aiderons: épicerie sociale, lieux de réparation (Repair Café) et de réemploi, ressourceries et recycleries, pour modifier notre rapport à la consommation et valoriser les compétences des habitants, des retraités, des personnes sans emploi. Dans ce sens nous solliciterons la compétence du secteur associatif, et aussi les expériences permettant de mieux s’impliquer dans la vie locale, par exemple Territoires Zéro Chômeurs de Longue Durée (initié par ATD Quart-Monde) ou la mise en place de Régies de Quartiers, favorisant une réelle implication des habitants.

Nous garantirons l’accès gratuit au parking de l’hôpital dont la privatisation confiée à Cénovia, officine de la ville du Mans, est un scandale.

Aujourd’hui, près de 30 % de la population renonce au soin. Il faut en être conscient : Il n’y a pas de solution ni pour Le Mans, ni pour aucun des territoires en déficit de professionnel.les de la santé sans une lutte contre les politiques de santé voulues par le gouvernement du Président Macron comme de ses prédécesseurs.

Accès aux soins

Nous demanderons à  l’Agence Régionale de Santé un élargissement du zonage prioritaire à notre zone urbaine, en raison des importantes inégalités sociales et de la dégradation continue de l’accès au soin. Cette reconnaissance permettrait de développer les dispositifs d’aide à l’installation de médecins généralistes, et la signature de Contrat d’Engagement de Service Public avec de jeunes étudiants en médecine.  Nous ferons de la santé une priorité en facilitant l’accueil et l’installation de jeunes médecins, en intervenant auprès de l’État pour promouvoir l’Hôpital du Mans en un centre hospitalier universitaire (CHU) formateur de nouveaux médecins.

Nous mettrons en place une politique d’accès au soins qui se traduira par la création d’un nouveau centre de santé de proximité ( Maison de santé pluriprofessionnelle) associant médecins et médiateurs de santé. Ce projet sera élaboré en associant dès son origine usagers et futurs médecins volontaires dans le cadre d’un Contrat d’Engagement de Service Public lié à un engagement à exercer au Mans.

Vieillissement

Alors que le minimum vieillesse passe tout juste les 900€, l’accès aux Résidences Autonomie et aux Domiciles Collectifs gérés par le CCAS est difficile pour une grande partie de nos aînés. Nous mettrons en place des tarifs ou des aides progressifs plus en cohérence avec le niveau des pensions de retraite. Un effort social supplémentaire devra être fait en direction du portage des repas à domicile. En effet 5 tranches de tarifs seulement existent au-dessus du tarif de l’aide sociale. La première tranche comporte des revenus qui se tiennent à 30 euros d’écart seulement ! Faible effort pour le tarif le moins cher !

Plus largement, concernant la prise en charge des personnes âgées et dépendantes nous sommes favorables à un plan national d’investissement public pour la création d’EPHAD publics et de qualité et à la création d’un grand service public de l’autonomie financée à 100% par la sécurité sociale. Nous ferons, avec les associations, un bilan des besoins en EPHAD publics et étudierons la possibilité d’augmenter le nombre de places.

Pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées, La Souvenance, qui était à l’origine un projet municipal, devait être géré par le CCAS. Unique établissement dédié à cette prise en charge, avec juste une petite trentaine de lits dans 2 unités spécifiques à l’EHPAD CCAS, sa gestion a été confiée à une association sans exigence d’agrément à l’aide sociale. Ainsi avec un reste à charge qui dépasse les 3000€/mois, les personnes âgées avec des revenus modestes ne peuvent y accéder ou doivent le quitter quand leurs ressources ne leur permettent plus de faire face. Nous modifierons la convention et le cahier des charges qui lie la Métropole à l’Association, afin d’obtenir l’agrément à l’aide sociale permettant une égalité d’accès.

POUR LES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

Il est indispensable d’améliorer l’accès aux activités et aux animations pour les personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap, tout en respectant leur autonomie. Nous ferons du Mans une ville « zéro obstacle » pour les déplacements et pour l’accueil.

Nous garantirons le droit à l’égalité et à la dignité des personnes en situation de handicap. Le « Plan Mobilités Douces » que nous construirons avec les usagers sécurisera les déplacements, et permettra l’accessibilité totale des espaces de vie privés ou publics.

Nous développerons les aides aux associations qui agissent pour l’accompagnement des personnes en situation de handicap.

inclusion en milieu scolaire – enfance

  • Mener des actions de sensibilisation au handicap pour favoriser l’inclusion des élèves en situation de handicap : campagne municipale de sensibilisation, sensibilisation auprès des élèves (collèges et lycées).
  • Former de l’ensemble des personnels municipaux accueillant des enfants, à l’inclusion des personnes situation de handicap (de réelles formations pour les AVS-AESH + des formations pour les personnels scolaires, de cantines, périscolaires et extra-scolaires (centres de loisirs) et pour les personnels de crèches).

inclusion – sports, culture et loisirs

  • Embaucher un formateur à la sensibilisation au handicap auprès des clubs et des associations.
  • Former les éducateurs sportifs et culturels à l’accueil aux enfants en situation de handicap.
  • Répertorier et communiquer sur les offres existantes en termes d’activités sportives et culturelles en leur capacité d’accueillir les enfants et adultes en situation de handicap.
  • Lancer un partenariat pour inciter les clubs et associations à prévoir des créneaux horaires dédiés aux enfants et personnes en situation de handicap (lien aux subventions publiques).
  • Réaménager les lieux et équipements sportifs pour permettre l’accueil d’enfants ou personnes en situation de handicap (gymnases, vestiaires, douches).

Accessibilité au logement

  • Recenser les logements accessibles et adaptés pour les personnes en situation de handicap dans un fichier public et centralisé. En augmenter le nombre et adapter les logements actuels.
  • Intégrer les personnes en situation de handicap parmi les publics prioritaires pour l’accession au logements sociaux.
  • Maintenir l’obligation de 100 % de logements accessibles au niveau local remis en cause par la loi ELAN.

Vivre dignement – accompagnement – action du CCAS

  • Simplifier les démarches et communiquer sur les aides financières ou humaines, ouvertes aux personnes en situation de handicap, par le CCAS du Mans.
  • Créer une aide financière pour les personnes en situation de handicap subissant la précarité ou ayant d’importants restes à charge dans leurs frais de santé.
  • Créer au sein du CCAS, un service d’aide et d’accompagnement dans les démarches auprès de la MDPH, pour les personnes en situation de handicap.
  • Créer au sein du CCAS, une offre de vacances et de loisirs pour les enfants et personnes en situation de handicap.

Accessibilité à l’espace public

  • Mener des visites exploratoires dans les quartiers et auprès des équipements publics, pour évaluer les besoins en termes de modifications de voiries (trottoirs, obstacles, manques éventuels de bateaux pour descendre du trottoir, mobiliers urbains, manque de places handicapées, rampes d’accès, ascenseur…).
  • Renforcer l’accessibilité handicap dans les transports en commun : rallongement des RAM de tramway, renforcement de la signalétique pour les places réservées et création d’une nouvelle mission de sensibilisation au handicap pour les personnels de la SETRAM.
  • Mettre en place une signalétique repérable pour personnes aveugles ou mal-voyantes; les personnes sourdes ou mal-entendantes : bandes en relief suivant les trottoirs, signalétiques sonores et visuelles.

Accès a la vie citoyenne

  • Garantir une ville 100% accessible pour les personnes en situation de handicap aux bureaux de vote et aux démarches administratives.
  • Traduire simultanée des conseils municipaux et communautaires en langue des signes.
  • Accompagner à la participation dans les instances citoyennes de la ville, conseils de quartier, assemblées, réunions des clubs et des associations etc.