pour une ville numériquement éthique avec Laurent Gautier

pour une ville numériquement éthique

Laurent Gautier – 52 ans

Enseignant détaché comme cadre pédagogique national dans une association d’éducation populaire et d’éducation nouvelle.

Co-trésorier d’Ensemble 72- Mouvement pour une Alternative de Gauche Ecologique et Solidaire

Militant pédagogique, syndical et politique sont pour moi 3 axes complémentaires dans lesquels je situe mon engagement. Animateur et directeur de centre de vacances, enseignant en école maternelle et élémentaire et aujourd’hui responsable de formations éducatives, j’ai toujours essayé d’impulser des méthodes d’éducation active, source d’émancipation sociale et citoyenne. Je me retrouve pleinement dans la démarche de « Vers Le Mans en Commun », et contribuer collectivement à des propositions qui peuvent changer la Ville et donc la Vie de nos concitoyen.ne.s.

extrait du programme VERS LE MANS EN COMMUN pour une ville numériquement éthique

Nous vivons une période souvent qualifiée de « révolution numérique ». Celle-ci nous est imposée à marche forcée, la dématérialisation de chaque moment de notre vie est chaque jour plus sensible. L’accès aux droits nécessite aujourd’hui une réelle maîtrise du numérique (demande d’allocations, mise à jour des dossiers CAF, RSA, etc), cependant, cette maîtrise reste complexe pour de nombreuses personnes. On parle alors d’illectronisme pour désigner l’illettrisme numérique.

Nous aiderons à la création d’un poste d’écrivain.e numérique, soit au sein d’une association ou directement au sein de la commune. Cette personne aura comme mission d’accompagner les citoyen.nes dans leurs démarches administratives en ligne.

Nous proposons la création de “ressourceries numériques”, récupérer auprès des collectivités et des entreprises du matériel informatique pour équiper des espaces numériques publics, aider les victimes de la fracture numérique.

Nous ajoutons à cette problématique, celle fondamentale de la protection de nos vies privées. Trop souvent, par manque d’information, pour des raisons de pseudo-gratuité, ou tout simplement parce qu’ils sont préinstallés, nous utilisons des outils (issus des GAFAM), certes efficaces, mais hélas trop peu respectueux de nos vies privées, enfermant les utilisateurs.trices dans des formats, des services qu’il devient très difficile de quitter. Nous préférerons des services libres et éthiques et nous accompagnerons nos concitoyens à leur utilisation s’ils le souhaitent.

Les conséquences environnementales de la 5G seront à étudier en y associant les habitant.es, et en veillant à l’installation des antennes-relais. Nous informerons sur l’ incitation à changer de ​ smartphone pour exposer les usagers à plus de publicités et engendrer la (sur)consommation.

L’ensemble des ​serveurs existants et futurs doivent être alimentés par des énergies renouvelables. Ils peuvent aussi être reliés au réseau de chauffage urbain pour capter toute la chaleur émise par ces datacenters.