ASSOCIATIONS ET DEMOCRATIE LOCALE

TÉLÉCHARGEZ LE PDF

Les associations constituent une richesse pour la société. Pourtant elles sont fragilisées. La perte des aides à l’emploi s’ajoute aux baisses de subventions des collectivités locales. Celles-ci ont tendance à répercuter sur le secteur associatif la baisse de la dotation globale de fonctionnement des collectivités (20 millions pour Le Mans). Elu.es nous mèneront une politique en nous appuyant sur la richesse du secteur associatif à qui nous proposerons des formes de conventionnement.

A titre d’exemple, au Mans les associations qui ont créées de nombreux événements, comme la 25ème Heure du Livre, s’en voient aujourd’hui dépossédés. La tentation est forte à leur instrumentalisation, les considérant comme de simples « prestataires » pour le temps périscolaire ou la participation à des temps forts de la ville., Au contraire nous comptons redonner toute sa place au secteur associatif, comme partenaire de la co-construction des politiques publiques.

UN CONSEIL LOCAL POUR LA VIE ASSOCIATIVE

Les associations seront invitées à participer à un Conseil Local pour la Vie Associativequi sera l’instance privilégiée de rencontres et d’échanges pour les accompagner dans leurs actions et projets. Une Charte de fonctionnement co-construite avec les acteurs associatifs, définira les principes de fonctionnement de ce conseil, ainsi que les modes de contractualisation avec le secteur associatif.

Les associations doivent être encouragées dans leur capacité à agir, et à mener leurs propres projets. Ce cadre de discussion permettra de trouver les ressources favorisant la mutualisation des actions. Nous accompagnerons les associations pour agir au mieux sur l’éducation et la formation des jeunes et des habitants.es.

Le financement des associations sera établi sur un principe de subventions pluriannuelles.

L’ANIMATION DES ASSEMBLEES DE QUARTIER

Les conseils de quartier ou conseils citoyens ne disposent d’aucun pouvoir, d’aucun moyen autonome. Ils traitent des sujets qu’on leur impose. Nous instaurerons des assemblées de quartiers, dotées de pouvoirs et de moyens. Elles pourront décider de l’ordre du jour des réunions.

Pour garantir l‘indépendance de ces assemblées, nous confierons à une entité indépendante l’animation de ces conseils dans chaque structure de quartier. Les associations d’Education Populaire, réunies aujourd’hui au sein du CoJEP (Collectif Jeunesse Education Populaire) seront sollicités, après convention, pour y contribuer.

Au fil de notre démarche, les associations seront très sollicitées pour contribuer à la définition de la politique municipale, et sa mise en œuvre.

DES MAISONS DE QUARTIER, ESPACES DE PROXIMITE

A l’instar des MJC ou des Centres Sociaux, dont la capacité à réunir bénévoles et professionnels autour d’un projet est reconnue, les Maisons de Quartier seront redynamisées pour devenir de véritables espaces de proximité, fréquentés par les habitants et les associations et animés par des professionnels. Une attention particulière sera accordée aux quartiers qui s’estimeraient insuffisamment dotés de tels équipements.

UN COMITE D’ACTION JEUNESSE

Nous entreprendrons une transformation complète du Projet Educatif Local pour l’enfance et la jeunesse. Nous travaillerons à passer d’une politique de l’offre à une politique associant jeunes et associations à la définition du Projet Educatif Local. Nous créerons de cette manière un Comité Action Jeunesse du Mans dans lequel les jeunes seront considérés comme acteurs responsables de leur vie. La mixité sociale, la place égale des garçons et des filles, la création de réseaux d’entraide, l’accompagnement des projets personnels et collectifs, l’aide à la création et à l’innovation, la connaissance des droits et le respect de la diversité culturelle en constitueront le fondement.

Nous veillerons à l’implantation de nouvelles structures d’animations pour les jeunes, en veillant spécialement à la place des jeunes filles dans la cité.

LA PLACE DES ACTEURS CULTURELS

Avec les associations et les acteurs de la culture nous créerons une conférence permanente des politiques culturelles, des assemblées thématiques et des tables rondes. Les structures de l’éducation populaire auront une place dans ces espaces, retissant le lien entre diffusion et création.

UN OFFICE DES SPORTS

Les associations et clubs sportifs seront associés dans un Office des Sports indépendant, qui aura pour objectif d’étudier les besoins en investissement, comme les dotations de subvention, et le dévelioppement des pratiques sportives de loisirs.