J’apporte ma contribution au projet vers Le Mans en Commun

Les contributions déjà apportées au projet

Education populaire et combat émancipateur : s’appuyer sur des « déjà-là » et des « déjà-faits »

13 février 2020

Lors de la dernière réunion de campagne, à la Cité des Pins, il a été beaucoup question d’éducation populaire, d’articulation entre enjeux locaux et nationaux, de (re)construction de communs, de (re)création de concrets locaux de lutte, d’organisation, de construction d’une société alternative.
Aussi, il me semble utile de porter à la connaissance du plus grand nombre les travaux de Bernard Friot qui travaille à mettre en évidence les « déjà-là » et les « déjà-faits » en matière d’émancipation humaine (retraite, hôpital public, Sécurité sociale, coopératives de production, statuts des fonctions publiques locale et nationale, etc.), puisant donc, non pas dans une construction philosophique idéelle, mais dans une histoire incroyablement riche et concrète du mouvement politique et syndical ouvrier qu’il nous faut, et redécouvrir, et nous réapproprier (on pense là aussi bien sûr à la mobilisation de la jeunesse dont il a été question).
Soyons réalistes, exigeons le…possible !
Voici un lien vers une vidéo qui résume bien, parmi d’autres, la pensée puissamment émancipatrice de ce Professeur émérite d’économie et de sociologie, dans un contexte de lutte contre la réforme des retraites : https://www.youtube.com/watch?v=OylhpErCUj8
Le genre de vidéos qui pourraient être diffusées dans la Maison des sciences et de la recherche qu’il est question de construire ?

Vincent G

Garages à vélos sécurisés près des arrêts de bus

25 janvier 2020

Le tram a changé la vie de beaucoup de personnes et surtout les seniors. Je l’ai remarqué car, arrivée au Mans en mars 2005, j’ai vu dès le 17 novembre 2007 de nombreux seniors l’utiliser, sans compter les personnes en fauteuil roulant, déambulateurs et les personnes avec poussettes !!! Une autre initiative serait de permettre aux personnes ayant un vélo (comme moi) et pas de garage dans son immeuble de pourvoir laisser son vélo (électrique en ce qui me concerne) en sécurité. Il suffit de créer des abris fermant à clé tous les 10 emplacements de voiture !!! Mon vélo de la SETRAM a été vandalisé dans la rue Gambetta une nuit de WE.

Brigitte C

Logement des seniors (plus de 75 ans) à plusieurs

25 janvier 2020

La colocation n’est pas interdite aux seniors !!! mais les mentalités évoluent moins vite que les techniques. Voir le BLOG https://solidairemans.wordpress.com/, qui, comme plus de 60 associations en France proposent de résoudre deux problèmatiques :
1- la solitude des seniors et surtout des femmes ayant une retraite de moins de 1000 euros par mois
2- le manque de moyens des jeunes ou autres (voir l’immolation du jeune homme à Lyon)
Une chambre à prix réduit (moins de 50 euros) en échange d’une « présence rassurante la nuit » est quelque chose de facile à mettre à place, avec un « tiers de confiance »

Brigitte C

Logement des seniors (plus de 75 ans) à plusieurs

7 janvier 2020

Il y a bcp de possibilités entre la vie en solitaire chez soi et les structures lourdes = l’habitat inter générations !!! et la colocation entre 2 à 3 seniors avec un(e) jeune dans un appartement près d’un arrêt de tram. Je peux vous envoyer un dossier détaillé
06 37 33 43 71, j’avais proposé un groupe de travail dès novembre ….
voir https://solidairemans.wordpress.com/ (créé en … 2005 !)

Brigitte C

Refuser le déploiement de la 5G sur la ville avant toute consultation citoyenne sur le sujet

3 janvier 2020

La 5G est le nouvel eldorado des vendeurs de technologies inutiles. C’est l’infrastructure réseau indispensable au développement d’une nouvelle génération d’outils et d’objets interconnectés prévus pour remplacer nos véhicules, notre mobilier et notre électroménager non connectés. Un formidable marché pour tous les industriels Hi tech, des fabricants de laves vaisselle intelligents aux start upers de la reconnaissance faciale en passant par les multinationales de l’automobile. Mais la 5G n’est pas une simple amélioration des nG précédentes. Il s’agit d’une technologie bien différente qui nécessite la multiplication et la dissémination d’antennes de petite taille dans tout l’espace public à proximité immédiate des utilisateurs avec des puissances d’émissions beaucoup plus importantes que les générations 4G 3G ou 2G précédentes. Or aucune étude sanitaire sérieuse n’a été faite en amont sur l’effet de tels dispositifs sur les populations exposées. Jusqu’ici, la position des autorités politiques européennes et nationales est claire et peut se résumer à cette déclaration du Président de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes): « Etre en retard sur la 5G n’est pas une option ». Pour les décideurs politiques et les lobbies industriels, le déploiement commercial de la 5G doit donc être lancé en urgence quand bien même cette technologie ne serait pas encore tout à fait au point et ses effets sur les êtres vivants largement méconnus. Les études les plus récentes sur le sujet devraient pourtant inciter nos autorités à la prudence. Plusieurs centaines de scientifiques ont d’ores et déjà lancé un appel international pour un moratoire sur le déploiement de la 5G et alertent sur ses effets potentiels sur l’ensemble des organismes vivants. Une étude anglaise récente montre que la végétation absorbe 90% des ondes millimétriques produites par la 5G. Si l’on veut avoir une ville connecté avec un réseau qui fonctionne, il faudra donc couper les arbres. Des raisons qui conduisent de plus en plus de villes et de collectivités à refuser l’installation de la 5G sur leur territoire en attendant des évaluations sérieuses de son impact sur les populations. Dans la perspective de faire du Mans une ville en transition écologique il parait donc indispensable de rejoindre ce mouvement de refus et d’organiser un débat citoyen sur la question.

Philippe O